La contraception masculine, ça existe!

La contraception masculine existe et depuis longtemps.

 Même si, lorsqu'on dit contraception masculine, on pense uniquement aux méthodes dites modernes, le retrait et le préservatif masculin constituent des pratiques utilisées par des millions d'hommes et existent depuis longtemps.

 Cependant, ces pratiques peuvent être considérées non seulement comme des méthodes de contraception masculine mais aussi comme des méthodes de contraception de couple, partagées et assumées à deux.

 Les méthodes de contraception dites modernes existent elles aussi et sont accessibles aujourd'hui en France.

 Depuis les années 2000, la vasectomie est légalisée en France. Cependant, geste simple ne nécessitant pas d’hospitalisation, elle reste marginale dans notre pays (< 1 % des hommes) alors qu'elle est beaucoup plus courante dans les pays anglo-saxons : au Royaume uni et aux Pays-Bas, 15 à 20 % des hommes ont recours à la vasectomie. Ce nombre est encore plus important au Canada. En Allemagne, il y a 50 000 vasectomies par an.

Même si on doit la considérer comme une méthode contraceptive « permanente », elle n'est pas définitive puisque la vaso-vasostomie permet, dans plus de 80 % des cas, de re-perméabiliser les canaux déférents.

 Les méthodes de contraception hormonale masculine, décrites dans une autre fiche par Jean-Claude Soufir, existent en France depuis une trentaine d'années et restent malheureusement confidentielles. Jean-Claude Soufir et Roger Mieusset, médecins hospitaliers, sont les 2 seuls à la prescrire en France.

Quand on en parle aux médecins, ils pensent dans leur quasi-totalité que la contraception masculine en est encore au stade expérimental et ne peut être diffusée et prescrite.

Ce, malgré un protocole validé par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et expérimenté sur 1 500 hommes alors que la pilule pour femmes est prescrite à des millions de femmes après une étude de Pinkus sur environ 200 femmes.

 La contraception thermique, elle aussi mise au point il y a une trentaine d'années est prescrite uniquement par le Dr Roger Mieusset au CHU de Toulouse.

 La contraception masculine existe aujourd'hui en France. Cessons de dire qu'elle est pour demain.

Si les hommes, les médecins, les pouvoirs publics en acceptent l'idée et la mise en pratique, elle peut être utilisée dès aujourd 'hui en alternance avec la contraception féminine et permet le partage des responsabilités et des risques. Elle constitue un facteur de l'égalité femmes-hommes.

 L'Association pour la Recherche et le Développpement de la Contraception Masculine (ARDECOM) souhaite:

  • la mise en place de formations à la contraception masculine pour les professionnels de santé (qui pourraient être assurées par les Drs Soufir et Mieusset au sein de la Société française d'Andrologie) ;
  • la diffusion d'information sur la contraception masculine dans les centres de planification (ceux du Planning familial et les autres)  et dans les lieux de formation des adolescents ; la création de consultations de contraception masculine.
  • la constitution d'un réseau-relais de médecins prescripteurs en régions.